Acte I : Mises en scènes

Acte II : Flâneries

Acte II : Mama mia...Shelter





Is this the real life ?
Is this just fantasy ?
Ces quelques paroles de Queen me sont venues d’emblée à l’esprit quand j’ai monté les marches du Mama Shelter à Lyon.


Une luge rouge, des poules, des bouées et encore des bouées. La mise en scène est fantaisiste, décalée voire incongrue et personne ne s’en étonne. 



Pincez-moi, je rêve, ai-je eu envie de crier ! Pourtant, ce lieu de vie à part rassure au cœur de la ville et sait nous accueillir comme personne. N’est-ce point le rôle d’une mama que de nous protéger en toute occasion ?

Pour être tout à fait honnête, avant de séjourner dans cette résidence hôtelière, j’ai nourri les mêmes sentiments qu’avant mon départ pour Venise. La réputation de la cité lacustre n’est plus à prouver. Cependant, il y a toujours des détracteurs du mythe qui tentent de vous convaincre que Venise, c’est cliché et surfait. C'est pourtant un joyau incontestable. Pour le Mama, c’est la même logique. Les critiques des habitués sont élogieuses mais il y a toujours une poignée d’irréductibles qui prennent un malin plaisir à vous démontrer qu’il s’agit d’un repaire « bobo », d’une « place to be » branchée où il convient d’être vu… 
Et bien pour ma part, j’aime les gondoles et les bouées. J’adore les beaux endroits qui méritent le coup d’œil. Et tant mieux si l’on m’y a vue !


Je ne vous cache pas que la grande luge rouge du lobby et les bouées multicolores au-dessus du bar m’ont interpellée, m’ont plu et m’ont tout de suite renvoyée aux codes des vacances d’hiver et d’été.









 Rien d’étonnant lorsque l’on sait que l’initiateur du projet n’est autre que Serge Trigano, de l’illustre famille des Clubs Med. Alors pourquoi des bouées par milliers me direz-vous ? J’ai envie de répondre, et pourquoi pas ? 




Rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’il s’est entouré pour ce projet du non moins célèbre Philippe Starck pour la décoration intérieure de ses établissements. 




Or, on ne s’étonne de rien avec ce talentueux designer : ni de la fantaisie de ses créations, ni de leur élégance, ni de sa créativité foisonnante et éclectique.





 On le sollicite autant pour décorer les appartements privés de l’Elysée que pour donner une identité à la chaîne d’hôtels démocratique des Mamas Shelter…

Quoiqu’il en soit, la collaboration entre un créateur audacieux, Serge Trigano, un designer de renom, Philippe Starck, un urbaniste philosophe, Cyril Aouizerate et un architecte engagé, Roland Castro, a fait naître un lieu de vie atypique, issu d’un métissage d’influences, de rencontres, de libertés, de sensations et d’émotions.


Le Mama Shelter est bel et bien un lieu original et qui plus est un lieu dans lequel chacun se sent chez lui, où Mama s’occupe de tout !

Toutefois, un mystère reste à ce jour pour moi non élucidé : celui du logo non conventionnel de la poule… On ne s’attardera pas sur le paradoxe philosophique de l’œuf et de la poule pour définir qui est apparu le premier. Mais dès le parking, des empreintes de pattes de gallinacés nous guident jusqu’à l’ascenseur.



 Un rappel du volatile se glisse sur le dossier des chaises de la chambre et sur les rideaux des salles du rez-de-chaussée. Est-ce le symbole de la maternité ? 



Tout un chacun sait que la poule est grande protectrice de ses œufs et de ses poussins. Selon d’autres sources, elle illustrerait la grammaire… Je préfère de loin l’image maternelle de l’animal.

Concernant les chambres, elles sont de taille raisonnable, dégageant une ambiance presque minimaliste.


 












Leur décoration est sobre et du coup apaisante. Mais la fantaisie n’est jamais loin, rappelant à notre âme d’enfant que le quotidien peut être léger et amusant. 





Deux masques de super héros trônent fièrement, n’attendant que notre petit grain de folie pour prendre vie.


Le cœur du Mama néanmoins ne bat pas à l’étage mais au rez-de-chaussée de l'établissement. 





 Serge Trigano se plait d’ailleurs à clamer qu’il s’agit d’un « restaurant avec des chambres au-dessus ». 






Dans la pièce principale, tout a été pensé pour mettre en scène un lieu de vie, pour que les convives se sentent à l’aise , qu’ils se rencontrent le temps d'un thé l'après-midi ou d'un brunch le dimanche


La convivialité règne en maître de maison.




 Un gigantesque babyfoot se pose comme un trait d’union entre le bar, la cuisine ouverte et la salle à manger. 


En guise de papier peint panoramique, une toile blanche laisse en fond défiler des extraits de films animés d’illustres personnages comme Charlie Chaplin… ou Popeye!!!

La sympathie et l’énergie des serveurs s’harmonisent avec l’ambiance impulsée par la musique du DJ set du soir et les fous rires des tables voisines.




 Cette atmosphère festive, détendue et très animée se marie merveilleusement bien avec la carte du restaurant, simple mais goûteuse.




 

 La réputation veut qu’elle ait été supervisée par des chefs de renom comme Guy Savoy. En tout cas les assiettes sont belles et bonnes. 






Que l’on mange debout au bar ou confortablement installée à une petite table de deux, le charme opère. Les plafonds et les murs noirs décorés de graffitis à la craie rendent la grande salle singulière et chaleureuse. Mama veille et c’est rassurant…


Ce véritable refuge urbain est un abri qui est sans nul doute le reflet d’un art de vivre avec son temps : il est plein d’esprit, populaire au sens « beau » du terme.




 C’est une expérience hôtelière au concept innovant qui sait bousculer les codes classiques et inventer une forme de convivialité « trendy » qui fait simplement du bien. 




Et l’idée de savoir que cet « abri maternel », ce « nid urbain » est décliné dans des villes comme Paris, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Prague, Belgrade, Los Angeles ou même Rio, autant d’escales à d’éventuels futurs périples est une vraie bonne nouvelle.




 Mama Shelter est-elle partout où j’ai envie d’aller, ou ai-je juste envie d’aller partout ou Mama Shelter sera ?
« Mama mia, here I go again,
My my, how can I resist you ? »
C’est le B-ABBA ! 



Mama Shelter
13 rue Domer
69 007 LYON


Commentaires

  1. Toujours des belles images d'endroits insolites autant que chaleureux, on a envie d'aller vite découvrir sur place ! Mais pourquoi le sourire si joli n'est pas présent sur les photos de "Gisèle" dommage ..

    RépondreSupprimer
  2. Quel bel article ! Si vivant que j'ai presque l'impression d'y avoir été ! ! Et pourtant non... Alors hate de tester le mama shelter ! Merci Gisèle !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés