Acte I : Objet de Curiosité, l'objet de précieuses convoitises


 @objetdecuriosité @nicolasdartiailh

Je ne me suis jamais sentie l’âme d’une grande numismate ou philatéliste. Pourtant, dans mon enfance, j’ai pu collectionner des timbres, des mines de crayons de couleur, des gommes fantaisies ou des billes de cartouches d’encre vides… Pierre-Emmanuel et Lilau Grange-Jaricot, eux, collectionnent des merveilles ! A la manière des membres de la Royal Society of London et leur cabinet de « raretés naturelles », tout comme l’Archiduc II, empereur du Saint-Empire et son cabinet « d’Art et de Merveilles », ou à l’image d’Henri IV et son cabinet des « Singularités » au palais des Tuileries, ces deux passionnés ont redonné vie, pour notre plus grand bonheur, aux curiosités, des curiosités quelque peu étouffées depuis la Révolution Française.

Les cabinets de curiosité, une source d'inspiration

Ils se sont naturellement inspirés des cabinets de curiosité qui ont vu le jour dès la Renaissance avec pour seule envie de faire découvrir le monde et surtout de mieux le comprendre. 


Pièce entière ou simple meuble vitrine, on y entreposait, ou plutôt on y exposait des « choses rares », nouvelles ou singulières pour glisser vers une appréhension plus scientifique du monde à grands coups d’inventaires illustrés de mélanges hétéroclites de « naturalia », objets d’histoire naturelle issus des trois règnes, « d’artificalia » archéologiques, de « scientifica » ou même d’"exotica" !



D’autant que quelques siècles plus tard, cet esprit « cabinet de curiosité » devient une tendance déco incontournable, donnant une atmosphère atypique et pleine de caractère à une pièce ou à un intérieur; l’idée étant de se créer son petit musée riche d’insectes, coquillages, animaux empaillés, fossiles, ossements sous cloche ou vitrines et puis des cadres, des cadres et encore des cadres, le tout en laissant aller son imagination.



L’imagination, les deux fondateurs d’Objet de Curiosité en ont à revendre mais ce n’est pas leur simple qualité. 




Un couple de passionnés

D’un côté Pierre-Emmanuel, passionné depuis l’enfance d’entomologie, la science des insectes, amoureux de le nature, des antiquités, un « touche à tout » qui s’émerveille de tout ce qu’il trouve. Autre détail le concernant qui n’en est pas un, il a grandi dans le monde de la décoration puisque sa famille avait créé les meubles Grange dans la région lyonnaise…



Pierre-Emmanuel, explorateur naturaliste des temps modernes, chasse des objets rares dans le monde entier grâce à des réseaux foisonnants : ici un fémur de mammouth trouvé dans les plaines de Sibérie, là, une agate Garut Stone provenant d’Indonésie. Il est un découvreur de trésors singuliers.








 De l’autre, son épouse, Lilau, une esthète qui d’un rien fait du beau. Elle met en scène, imagine le décor pour rendre l’objet unique encore plus exceptionnel. Elle crée le stylisme des ambiances et des univers en dessinant des papiers peints, revisitant des meubles ou proposant des accessoires sophistiqués. C’est elle qui encadre, dispose et envisage.






Ils composent donc à quatre mains et proposent à leurs clients des trouvailles étonnantes, rares et poétiques comme seule Dame Nature peut en produire mais surtout comme eux-seuls peuvent les mettre en lumière.


« On ne crée pas pour la simple beauté du trait et de l’esthétique ex-nihilo. On part d’éléments qui ont une histoire qu’on revisite pour créer l’aventure. »


En tous les cas, lorsque l’on admire, scrute ou examine leurs fabuleuses collections, on devient certes des aventuriers, mais on se sent également l’irrépressible envie de parler de sciences et en latin qui plus est !



Une collection de Merveilles


Quand on se plonge dans leur collection Naturalia, leurs curiosités naturelles magnifiées, on les voit présentées aux côtés de leurs accessoires Ornamentum, combinant matières et époques et s’imposant comme supplément d’âme des objets au milieu de leur Mobilium en acajou, marbre ou laiton, point de départ finalement de ces singulières scénographies à l’empreinte unique.


Selon eux, chaque pièce est une personnalité avec une personnalité à part entière. Ils les travaillent dans le respect de cette identité propre en cherchant comment la raconter. Les clients viennent chercher un voyage émotionnel. Quid de ce moustique préhistorique dans l’ambre ? De ce fragment de météorite en lévitation ? Avec beaucoup de modestie et de fantaisie, ils avouent : « On imagine ce que nos curiosités nous racontent à l’oreille et on laisse le rêve agir… ».



Il est vrai que ces objets éclectiques à fort tempérament nous attirent et peuvent parfois nous effrayer. L’ambivalence de nos émotions me renvoie à la réaction que l’on peut avoir face à une œuvre comme celle de Jan Favre et sa déroutante sculpture Le bousier profondément séduite d’emblée par le pouvoir magique des nuances brillantes de bleu-vert de la sphère, je ne peux m’empêcher de ressentir une certaine réticence en considérant que la magie provient de l’assemblage d’ailes de scarabées… Une impression qui ne survient jamais au contact des mises en scène orchestrées par Objet de curiosité.


Une mise en décor surréaliste

Chez Objet de Curiosité, la mise en décor soulève un semblant de surréalisme. Grâce au talent de Pierre-Emmanuel et de Lilau, on ne reste pas dans la simple sphère de la « déco ». Chacune de leurs curiosités devient à la manière d’André Breton, un « Rêve-Objet » comme s’ils voulaient, au travers de leurs compositions libérer la conscience de ses limites conventionnelles.



 Leurs créations deviennent presque des objets surréalistes comme s’ils matérialisaient leurs rêves et par là même matérialisaient les nôtres. La limite entre le réel de leurs trouvailles sous des allures scientifiques et naturalistes se confondent avec le fantasme de leur désir. C’est en cela qu’Objet de Curiosité est unique. Il vient perturber notre réel et fonde, par les objets, une véritable poésie.





Sur les salons internationaux de décoration, que ce soit à l’ICFF de New York, au Decorex de Londres ou à Maison & Objet de Paris où j’ai eu le privilège de les découvrir, chaque caisson théâtralisé nous fait voyager, nous fait aussi, par certains côtés, penser aux "Boites-en-valises" de Duchamp, véritable univers condensé.



Notre esprit est comme happé par les détails et l’insolite. Notre esprit divague et perd ses repères, oscillant entre la magie de Tim Burton, le fantastique de Jules Verne et le sérieux du cabinet de Rodolphe II de Habsbourg au château de Prague ! Au final, où est la part du vrai ?

 Comment rester insensible face à un magistral tigre de Sibérie qui tient en lévitation une météorite venant de l’espace ?

 @objetdecuriosité @nicolasdartiailh

Comment ne pas être subjugué par la noble attitude d’un lion gardien d'un Septaria spécial de Madagascar ? 

@objetdecuriosité @nicolasdartiailh

Comment ne pas alors songer au bestiaire des animaux chimériques de l'artiste Juan Fontcuberta…?

Quoiqu’il en soit, chez Objet de Curiosité, le raffinement est au rendez-vous. Même un squelette de serpent sait être poétique ! Les objets jouent de leurs beaux atours, parés d’ornements sophistiqués, de décors dans des gammes chromatiques actuelles où les bleus canard côtoient les verts émeraude, les bleus maritimes et les rouges bordeaux.



 La marque a les armes pour illuminer les intérieurs comme des écrins et prétendre à un chic dans sa plus noble parure. L’insolite côtoie certes l’exceptionnel mais avec élégance et c’est là sa vérité.



Oser être unique



Pierre-Emmanuel et Lilau Grange-Jaricot ont su découvrir la formule magique pour créer un monde décoratif inspiré sans conteste des cabinets scientifiques d’antan, saupoudré d’un esprit singulier comme le Comte de Lautréamont savait le déclamer en prose en son temps en disant que « le Beau est comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ».

 Le tout est agrémenté d’une touche chic et désinvolte le rendant inimitable. Ils revisitent l’héritage des curiosités pour les projeter avec brio dans un contexte actuel leur inventant une autre réalité, perturbant ainsi notre propre relation au réel et à la décoration. 

Il fallait oser… oser être unique !

Share to be unique







Commentaires

  1. Merci Gisèle pour vos jolis mots et vos belle descriptions ! Vos phrases viennent choyer nos univers. On se sent bien dans vos écrits. ❤️🦋

    RépondreSupprimer
  2. Une belle immersion dans un monde insolite et magnifique ! Merci pour cet article, ce n'est que du bonheur !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire