Acte I : Istu Puppy!


Pas la peine de s'évertuer à donner des ordres à cet adorable chiot : il n'obéit qu'à son maître Eero Aarnio, l'une des grandes figures du design finlandais dès les années 60.
Il appartient à cette famille des grands maîtres scandinaves indémodables. Indémodables car lisibles par tous. On ne se lasse pas de cette sobriété, de ce souci du détail, de cette justesse des lignes, des formes, et d'un certain humour parfois. 
C'est le cas avec ce Puppy qui semble tout droit issu d'un monde enfantin. En fait, il est sorti en 2005 de l'imaginaire de son créateur et fait écho à son univers très inventif, ludique mais aussi graphique et coloré. Ce petit chien venu du froid, aux lignes abstraites, existe en plusieurs "races" : bleu, vert, noir, rouge, orange ou blanc; au poil classique en polyéthylène, glossy, laqué et même fluorescent; en taille S, M, L ou XL! Mention spéciale au modèle Dalmatien que vous pourrez baptiser Pongo ou Perdy, si vous êtes un brin nostalgique...


D'aucuns diront : mais à quoi sert cette chose? A décorer, mais surtout à chevaucher. Je vous défie de laisser votre Puppy à faible distance d'un bambin : il l'enjambera dans la minute qui suit.

Soit dit en passant, Eero Aarnio avait déjà proposé en 1973 (merveilleuse année de ma naissance!) un siège ludique aux allures de jouet : le Pony. 

L'objet, un peu étrange à vrai dire, était en mousse de polyuréthane recouvert de tissu. Mais comme dit Aarnio :"Un siège ne doit pas nécessairement être une chaise. Cela peut-être n'importe quoi, du moment que c'est ergonomiquement correct." On le retrouve bien là, lui qui, contrairement à certains de ses pairs, joue l'image du produit, aussi valorisée chez lui que la fonction. Il se distingue ainsi du sempiternel "fonctionnalisme scandinave".

En tout cas, ce Puppy peut fédérer tout le monde sur un point : il insuffle l'optimisme. Edité chez Magis, vous pourrez facilement l'adopter. Pour ma part, je remercie la revue IDEAT qui m'a aidée à franchir le pas et a impulsé ma démarche d'adoption! Le numéro 104 du mois de novembre 2013, spécial Scandinavie, proposait un article sur la maison d'Eero Aarnio.

J'ai donc une pensée pour Valentine d'Abbans, rédactrice du reportage mais surtout pour Vincent Ferrané, le photographe qui immortalisa le grand maître avec sa "meute".

 Là, tout comme un enfant qui craque devant un cochon d'Inde ou un petit lapin aux grandes oreilles devant les vitrines d'une animalerie, j'ai fondu et ai inexorablement couru choisir mon nouvel ami.J'avais eu à 10 ans mon Kiki de tous les Kikis, j'aurai à 40 ans mon Puppy de tous les Puppies!!! MY Puppylove, n'en déplaise à M. Walt Disney...

Il a tous les avantages d'un fidèle compagnon sans les inconvénients. Aussi, vous pouvez le sortir, il se plait aussi bien dans votre intérieur qu'au jardin.

Ne nous voilons pas la face toutefois, il est plus efficace pour donner du  peps et une certaine fantaisie pop à votre extérieur que pour monter la garde.



Alors, bannissez les pancartes démodées "chien méchant" sur vos portails et accueillez Puppy comme le nouveau compagnon accueillant du XXIe siècle... Comme disent les anglo-saxons :
 il est "so cute"...



Commentaires

Articles les plus consultés