Acte I : Osez hausser le ton dans la chambre!


Dans une maison ou un appartement, la chambre ne doit pas être négligée sous prétexte qu'elle n'est pas montrée à tout le monde.
Lieu intime par excellence, elle se doit de ressembler à un cocon douillet avec une décoration aboutie. Son petit plus, c'est justement que l'on peut se permettre de la rendre à son image. Constance Gennari, dans son guide déco "The Socialite Family" nous conseille d'y "exalter" notre fantaisie. Elle explique avec raison : "On a envie d'y prendre des risques, de faire des choix que l'on n'oserait nulle part ailleurs".



Je rejoins ce point de vue car je ne vais pas dans ma chambre uniquement pour y dormir... C'est un lieu de vie à part entière pour toute la famille, surtout si on a la chance qu'il ait une taille confortable. On peut y travailler, y lire, y discuter. De ce fait, cette chambre doit être reposante, certes, mais aussi accueillante avec des partis-pris parfois osés comme dans le reste de la maison.



La première question qui se pose, c'est quelle couleur? Quelle couleur idéale pour faciliter le sommeil et créer un havre de paix, une atmosphère aux nuances propices à la relaxation? La faciliter pourrait nous conduire à miser sur un beige, un crème tirant sur le sable, bref vers un nuancier zen, une palette de couleurs naturelles. Ce fut mon premier choix mais après plusieurs années plongée dans cet univers neutre, j'avais une furieuse envie de rendre ma chambre singulière, lui donner plus de personnalité...et me faire plaisir! J'avais envie d'afficher un style, mon style, une décoration de caractère. Aurais-je pour autant besoin d'une psychanalyse?



Je désirais un bleu mais pas n'importe quel bleu. Je souhaitais me dédouaner des clichés sur la dichotomie couleurs chaudes, couleurs froides. Oui, le bleu est sensé être froid dans le cercle chromatique. On nous inculque cela depuis l'enfance. Mais qu'il soit indigo, ciel, marine, pétrole ou cyan, le bleu invite sans conteste à la détente, au calme. Il décuple l'imagination et favorise l'évasion..., ça valait la peine de tenter un bleu fort qui donnerait le ton. 



Je choisissais donc dans mon nuancier Farrow & Ball, la teinte n°289 "Inchyra Blue". Un vrai coup de cœur. La légende voudrait qu'elle soit inspirée d'une couleur spécialement créée pour la demeure classique de style georgien de Lord and Lady Inchyra en Ecosse. Rien que ça! Inchyra blue est utilisée sur les portes extérieures de leur "byre", elle allait recouvrir les murs de ma chambre! Cette couleur offre une profondeur surprenante et est difficile à décrire : tantôt grise, tantôt verte, tantôt bleu. Elle est l'alternative idéale aux tons anthracites des murs contemporains. On pourrait presque la définir comme une couleur incertaine; de ce fait elle crée dans la pièce une ambiance changeante.



Bien sûr elle ne rendra jamais l'effet initial et peinera à s'exprimer pleinement comme dans les paysages spectaculaires d'Ecosse où elle s'accorde naturellement avec les ciels changeants de la région... mais le fait est que l'on peut passer d'une teinte intense le matin à un reflet plus bleuté au fil de la journée. Au final, ce bleu gris vieilli, cette tonalité foncée mat parvient à donner une ambiance très chaleureuse avec une personnalité affirmée très "british".



Mais comme l'heure n'est plus systématiquement aux chambres monochromes, j'avais envie de marier cette couleur à un papier peint pour créer un mur d'accent. Après l'Ecosse, l'Irlande! J'allais enfin pouvoir faire rentrer chez moi un élément de l'univers graphique de la designer Orla Kiely.




Le modèle Harlequin avec ses feuilles stylisés dans les teintes de vert, taupe et bleu allait pouvoir s'harmoniser avec l'Inchyra blue et donner une petite note vintage à mon cocon mais de façon très contemporaine, une touche de douceur aussi, marquant une décoration un brin pop incroyablement versatile, ce qui ne me déplaisait pas non plus et qui se mariait bien avec l'ampoule à filament en guise de liseuse.



Pour atténuer l'ensemble, il fallait jouer la carte de la neutralité. Le jonc de mer, naturel est agréable et chaleureux.



D'aucuns me diront "et les principes Feng shui dans tout ça"? Et bien, j'ai choisi un lit en bois, j'ai pris soin de ne pas placer une étagère au-dessus de la tête de lit et ai placé une peau de mouton cocooning pour mes petits pieds le matin.

Je crois bien que ça s'arrête là... J'ai même désobéi aux préceptes millénaires chinois en mettant un miroir qui reflète mon lit. Il parait que ce tabou pousse à l'infidélité... Mais il est quand même joli ce miroir chiné et donne de la profondeur à la pièce!!!



D'ailleurs ce n'est pas le seul vieil objet. Il me tenait à cœur de garder une malle en bois que j'ai reçue de ma famille, une boîte à chapeau, un tabouret d'atelier et les anciens volets persiennes de la maison. Ils contribuent tous à créer une âme spéciale.











Pourtant, pour les mettre encore plus en valeur et ne pas tomber dans un esprit trop rétro, des pièces design devaient à mon sens les accompagner : l'iconique rocking-chair RAR de Charles Eames sur lequel je me plais, dos à la porte-fenêtre, à me plonger dans la lecture d'un bon livre;



mais aussi la suspension "Favourite things" de chez ENOstudio, imaginée par Chen Karlsson. J'ai littéralement craqué pour ce luminaire dont l'abat-jour garde tous mes trésors.





Je la personnalise en fonction des objets que je mets en scène ou de mon humeur. Cette lampe permet d'instiller un zeste d'humour et ce n'est pas pour me déplaire.




Finalement, cette chambre me ressemble je crois. En tout cas, elle me plait. Les goûts et les couleurs appartiennent à chacun.







C'est mon havre de paix, loin de l'agitation du reste de la maison. J'ai osé donner de la personnalité, osé l'audace dans le choix des objets, des motifs et des couleurs. J'ai osé hausser le ton dans ma chambre. J'ai osé "exalté ma fantaisie" et non, rien de rien, non, je ne regrette rien!





Commentaires

Articles les plus consultés