Acte II : Une décoration au sommet



Habituellement, lorsque j'écris un article sur un restaurant, c'est qu'il rassemble obligatoirement trois critères incontournables : une décoration aboutie, un accueil chaleureux et une cuisine savoureuse, évidemment.
Je vais faire là une entorse à ma trilogie pour l'établissement que je souhaite présenter, n'ayant pas eu l'occasion d'y manger encore. Le verre commandé et servi par les propriétaires souriants du Cœur des Neiges, à Tignes Le Lac, a suffi à me convaincre de consacrer un article à cet établissement et ce faisant de déroger à ma règle !



Ma rencontre avec ce lieu se fit par hasard fin octobre. Je cherchais un endroit accueillant pour m'accorder une petite pause, après ma traditionnelle balade autour du lac. La devanture quelque peu désuète à première vue m'informait qu'il s'agissait d'un bar crêperie. Alors que j'allais passer mon chemin, ma curiosité fut piquée au vif. La typographie vintage de l'enseigne s'inscrivait en paradoxe avec le mobilier plus contemporain de la terrasse. Je revins donc sur mes pas et m'approchai tout contre la vitrine : je devais en avoir le cœur net...



J'entrai et là, une belle surprise. Mes préjugés concernant une énième crêperie à la décoration savoyarde, façon "Gigi" des Bronzés font du ski allaient vite être battus en brèche. Exit le lambris vernis couleur miel des chalets seventies!


Je fus immédiatement charmée par la décoration contemporaine de ce cocon. Je m'installai donc le sourire aux lèvres, rassurée, me remémorant néanmoins la réplique de ce film culte : "La crêpe Gigi, c'est une fine couche de sarrasin, saisie dessus-dessous et parsemée de pétales de rose."


Dès l'entrée, un sentiment de rétro-cool vous envahit : une moto Honda vintage vous accueille et donne le ton.


Ensuite, nous n'avons que l'embarras du choix : s'installer sur des anciens fauteuils de cinéma "orange-soixante-dix" recouverts de moumoute blanche, sur des tabourets de bar également agrémentés de fourrure (car on est à la montagne, zut!) ou, et c'est le clou du spectacle, sur un des vieux télésièges qui tapissent le mur du fond. Pas d'inquiétude toutefois : l'assise peu confortable est habillée de coussins transparents garnis de paille. Une vieille affiche évoquant les sports d'hiver donne même le sourire.





Tous les codes de la décoration montagne ont été habilement détournés, revisités. La propriétaire a su donner du caractère au lieu, une ambiance chalet subtile, dans l'air du temps qui s'acclimate, et c'est peu dire à 2000m d'altitude, par des objets évocateurs avec la vie sur les pistes blanches.


Bien sûr, on n'y retrouve guère les motifs typiques de la décoration montagne : l'edelweiss, emblème des Alpes, le flocon, le chamois, les sapins, si chers aux puristes. Mais le bois est omniprésent, il n'est plus vernis et rustique mais brut et épuré. Le rouge s'est métamorphosé en blanc et en noir, n'en déplaise à Heïdi, notre petite fille des montagnes.




Un cœur rouge, symbole de la Savoie, a su pourtant trouver sa place dans cet esprit peut-être plus scandinave, cette décoration élégante et douillette entre peaux de bête et mobilier en bois.


Les tonalités neutres et naturelles n'en réchauffent pas moins la grande salle dans laquelle souffle un air frais de modernité. Et il n'y a pas que les couleurs qui réchauffent le cœur, l'accueil est sympathique et réconfortant.


Les propriétaires ont su créer un nid douillet où il fait bon buller à l'abri du froid et de la neige quand la flemme et la fatigue vous gagnent. A tout moment de la journée, on peut boire un verre, déguster une crêpe bien sûr... mais aussi des soupes, des burgers ou des spécialités savoyardes. J'ai vu passer des assiettes de charcuterie qui ne m'ont pas laissée indifférente. Je vous laisse le soin de tout goûter et de me dire si j'ai eu une bonne idée de craquer sur cette adresse...


La cerise sur le gâteau, c'est qu'elle est idéalement située à deux pas du Lac, au pied des pistes de ski et de la remontée de Tovière, si vous avez envie de prendre un peu de hauteur...


Pour ma part, je m'en tiendrai à l'adage suivant : "On efface souvent ce qui est tracé dans l'esprit, jamais ce qui est gravé dans le cœur". Le joli moment que j'ai passé là-bas est gravé dans mon cœur...et dans la neige, assurément!

Promenade de Tovière. Le Rosset, 73320 Tignes le Lac





Commentaires

Articles les plus consultés